lima

Voyage au Pérou, Partie 1 : Arrivée à Lima

Arrivée à l’aéroport

Nous sommes arrivés à Lima un samedi en fin d’après midi par un vol direct avec Air France. Le voyage s’est bien passé. Petite astuce en passant, si vous souhaitez être servis en premier, commandez un plat végétarien sur le site internet avant de partir ;). Notre premier contact avec des péruviens fût à la sortie de l’aéroport, où des dizaines de taxis nous proposaient leurs services en même temps. On a vite passé notre chemin pour retrouver les sœurs de notre ami péruvien José qui nous attendaient à la sortie. Après avoir balbutié quelques phrases en espagnol pour faire connaissance, ses deux sœurs nous emmenèrent rejoindre un taxi sur le parking. Hop !  Le véhicule, une berline de taille moyenne des années 90 en bon état, démarra et c’est parti ! Par la fenêtre, nous commençâmes à découvrir la ville de Lima, où plutôt sa banlieue. L’omniprésente brume côtière, appelée « Garua », accompagnée de la poussière de nombreuses rues non goudronnées entourant les maisons en construction d’un ou deux étages, nous procurait la sensation d’évoluer sur la planète Mars. Le code de la route se fondait surtout sur l’utilisation du klaxon. Le dépaysement s’est vite installé ! Après une heure et demi de folie dans de trafic liménien, on arriva chez notre ami et fit connaissance avec la famille qui nous accueilli à bras ouverts. Après un bon repas à base de poulet et de riz, on fit nos premières expériences des « colectivos » péruviens pour aller passer la soirée à Chosica avec les grandes sœurs.

Le trafic et le centre-ville

Le lendemain, nous avons passé la journée avec les grandes sœurs qui nous firent visiter le centre-ville : plaza de armas, tour, et restaurant où nous avons dégusté le fameux « pollo a la brasa ». On redécouvrit à nouveau le trafic en plein jour : la plupart des véhicules était des taxis ou des colectivos, le reste des camions ou des bus. Pour aller au centre-ville de Lima, nous devions prendre deux colectivos. La maison se situait dans une rue perpendiculaire à une route principale allant vers Lima. Pour prendre le « collectivo », il fallait traverser cette grande rocade à pied et arrêter un des nombreux vans allant vers le centre. Les colectivos improvisaient alors un arrêt sur le bas côté, un type ouvrait rapidement la porte coulissante en criant « sube ! sube ! sube ! » (montez ! montez ! montez ! ). On montait alors rapidement en vérifiant le prix. On s’arrêtait alors à un grand croisement pour faire un changement et prendre un autre « colectivo ». Ce jour-ci, on ne pris pas un « colectivo » officiel mais un crossover, son chauffeur criait « Lima ! Lima ! Lima ! sur le bas côté de la route :

— Buenos dias, el precio ?

— cinco soles amigo

— ok ok

— sube sube !

et c’était parti pour le centre. C’est le genre de dialogue qu’on a eu le plus pendant notre séjour. On pouvait assez facilement négocier le prix pourvu qu’on était péruvien, heureusement qu’on était accompagné.

En fin de journée, nous avons visité Miraflores, le quartier chic au bord de mer de Lima, puis le soir on est revenu vers le centre-ville pour visiter le parc de la lumière et des fontaines.

Arrivée de nos deux compères

Nos deux amis, José et Anna, avec qui on allait passer le reste de notre séjour au Pérou arrivèrent le jour d’après, après de gros ennuis avec leur vol ayant une escale aux États-Unis. Souvenez-vous d’une chose : il faut toujours faire une demande pour avoir le droit d’être sur le sol États-Unien, même si la compagnie de votre vol vous dit le contraire ! Sinon vous êtes bon pour racheter un billet. On a passé la journée avec la famille pour la remise des cadeaux. On a goûté à la Pachamanca (veut dire le feu sous la terre), un plat de fête très typique : on fait un feu dans des pierres, puis quand elles sont brûlantes  on éteint le feu et on met la viande sous les pierre. On laisse alors cuire le tout en recouvrant avec les pierres dans la terre. La viande en question, c’était du bœuf et le petit cochon d’inde (appelé Cuy) qu’on a vu la veille dans une cage sur le toit de la maison. Le soir, José a eu un gros gâteau d’anniversaire, puis on a dansé sur des rythmes latino malgré les 2 jours passés dans les transports pour José et Anna.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>